Tapez, tapez, policiers.

Contexte : poème écrit en réaction à l’intervention des policiers armés à l’intérieur de l’UQAM le 8 Avril 2015, après avoir visionné la vidéo de l’intervention.


Ce n’est pas soutenable
Ce n’est pas croyable !

Criez criez
Étudiants blessés

Rien ne passera
Rien ne changera

Tapez tapez
Policiers

Puisque votre force fait loi
Puisque vos armes vous font rois.

Pendant ce temps la liberté,
Pleure de grosse larmes et
Fait ses valises.

Clémence

Publicités

Retour sur #occupationLAVAL en solidarité avec les étudiant-e-s de l’UQAM

9 avril 2015 – Université Laval. Des étudiant-e-s de l’Université Laval, du Cégep F.-X.-Garneau et du Cégep Limoilou ont occupé de 15 h 30 à 18 h 30 le rectorat de l’Université Laval au Pavillon des Sciences de l’éducation en solidarité avec les étudiant-e-s de l’UQÀM subissant de la répression politique. L’objectif était de faire pression sur Denis Brière, le recteur de l’Université Laval pour qu’il dénonce les mesures répressives adoptées par le recteur de l’UQÀM depuis le début de la session 2015.

Rappelons-nous, le recteur a d’abord suspendu neuf étudiant-e-s pour leurs activités politiques, puis fait une demande d’injonction qui lui a été accordée afin d’interdire toute manifestation ou séance de piquetage permettant d’assurer le maintien du vote de grève étudiant. Hier, pour couronner le tout, le recteur a fait appel aux forces policières pour expulser les étudiant-e-s- ne respectant pas les injonctions. Au total, 22 étudiant-e-s ont été arrêté-e-s et plusieurs ont été violentés. Des professeur-e-s sont sorti-e-s en solidarité avec les étudiant-e-s- et ont fait une chaîne humaine devant les étudiant-e-s pour les protéger contre les arrestations. Ils sont ensuite allés négocier avec le recteur et au poste de police afin de mettre un terme à la répression politique et policière. Le recteur a toutefois décidé de faire la sourde oreille et le syndicat des professeur-e-s a pris la décision de ne plus reconnaître le recteur. En réaction, des centaines d’étudiant-e-s ont décidé d’occuper de façon indéfinie le Pavillon des Sciences de l’éducation pour le recteur se rétracte. Vers minuit, le SPVM est entrée en force dans l’édifice afin de mettre un terme à l’occupation, ce qui s’est soldé en une centaine d’arrestations.

Aujourd’hui, le ministre Blais a réitéré son appui au recteur de l’UQÀM et aux forces policières et plus tard dans la journée une centaine d’étudiant-e-s manifestant autour de l’UQÀM ont été pris en souricière et ont reçu 640$ en amende au nom du règlement P6. Des manifestations et des occupations ont été organisées un peu partout dans des institutions universitaires du Québec (à la Faculté de Lettres et Sciences humaines de l’Université de Sherbrooke), aux États-Unis (à Oakland) et en Europe (à l’Université d’Amsterdam) en appui aux étudiant-e-s de l’UQÀM. Un millier de professeur-e-s ont co-signé une lettre condamnant ces répressions.

solidarité Oakland

Dès 15 h 30, une manifestation en appui avec les étudiant-e-s de l’UQÀM a suivi son cours sur le campus de l’Université Laval. Rapidement cette marche a été détournée vers le Pavillon des Sciences de l’éducation pour occuper le cabinet du recteur de l’Université Laval. Au total une centaine d’étudiants ont occupé l’édifice du rectorat entre 15 h 30 et 18 h 30 et une cinquantaine ont appuyé les occupant-e-s de l’extérieur. Les étudiant-e-s ont affirmé de leur mieux leur solidarité avec les étudiant-e-s de l’UQAM. Le recteur de l’université ne s’est toutefois pas présenté pour répondre aux revendications des étudiant-e-s de l’UL jugeant que cette problématique ne le concernait pas. Les étudiant-e-s demandaient au recteur de se positionner par rapport à la répression politique et militaient aussi pour:

  • La fin de l’injonction à l’UQAM qui mine le droit de grève des associations étudiantes;
  • La fin des menaces d’expulsion d’étudiant-e-s pour des motifs politiques sur les campus universitaires (ce qui inclut le retrait des accusations envers les 9 étudiant-e-s de l’UQAM);
  • L’nterdiction de faire entrer les forces policières dans les universités;
  • Le retrait des accusations envers les 22 étudiant-e-s arrêté-e-s jeudi soir à l’UQAM.

Pour plus détails sur le cours de l’occupation, vous pouvez entrer #occupationLAVAL ou #solidaritéUQAM sur Twitter.

Un vidéo de l’occupation est également disponible sur Facebook: https://www.facebook.com/video.php?v=10153163045552383&set=o.1519204478320225&type=2&theater

Ce diaporama nécessite JavaScript.